Consultation
Plan de Mobilité
Partager
Porté par :
Jusqu'au 19/12/2021
Quartier Portes de Montrouge
Jusqu'au 23/12/2021
Quartier Ferry Buffalo
Jusqu'au 17/12/2021
Quartier Plein Sud
Jusqu'au 26/12/2021
Quartier Montrouge Est
Jusqu'au 03/01/2022
Quartier Jean Jaurès
Jusqu'au 09/01/2022
Quartier Vieux Montrouge
Close

Présentation du Plan de Mobilité (PDM)

La Ville entame une réflexion de long terme sur la politique de mobilité et souhaite définir un Plan de Mobilité à l’échelle de la commune, donnant la place à chacun des modes de déplacement.

Pour que ce Plan de Mobilité corresponde au mieux aux attentes des habitants, une consultation, par quartier, est lancée. Riverains, donnez votre avis en sélectionnant votre quartier sur la colonne de gauche !

Et approfondissez le sujet en consultant : le dossier du Montrouge Mag

Qu'est-ce qu'un Plan de Mobilité ?

Le Plan de Mobilité régule, à l'échelle de la Ville, l'ensemble des modes de déplacement sur les voies communales : la place accordée à chacun des modes, le sens et la vitesse de circulation, les aménagements spécifiques...

À quoi sert le Plan de mobilité ?

Le Plan de Mobilité de Montrouge est un outil en faveur de :

  • l’apaisement des quartiers,
  • la sécurisation des modes actifs,
  • l’amélioration du cadre de vie.

Quelles contraintes s'imposent à la Ville pour établir son PDM ?

  • L'ensemble des voies qui traversent la ville ne relève pas intégralement des compétences de la commune. Par exemple, la voirie dite "départementale" est du ressort du Département des Hauts-de-Seine. Sont notamment concernées les avenues Aristide Briand, Pierre Brossolette, Marx Domoy, et la rue Gabriel Péri.
    Dans un dialogue constant avec le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine, la Ville fait valoir les intérêts de Montrouge au quotidien et pour chaque projet d'aménagement. Néanmoins toutes les décisions, entretien et travaux relatifs à ces axes dépendent des Hauts-de-Seine.

    NB : D’autres voies, initialement départementales, ont été municipalisées au fil du temps : la rue Maurice Arnoux, l’avenue Jean Jaurès, l’Avenue de la République, l’avenue Henri Ginoux… Leur entretien incombe désormais à la Ville.
  • La circulation des bus de la RATP impose une certaine dimension des voies et un sens de circulation compatible avec le cheminement des différentes lignes de bus, dont le tracé est établi par Ile-de-France Mobilités.
  • L'accès aux immeubles par les services de secours lors d’un incendie implique parfois, selon les caractéristiques de chaque immeuble, une distance maximale entre la voirie et les façades des immeubles pour permettre aux pompiers de déployer leur échelle et d’accéder aux logements et bureaux. La largeur de la voie doit, quant à elle, permettre la circulation des véhicules des secours.

Quelles sont les étapes pour élaborer le PDM ?

La Ville a sollicité un cabinet d'étude, INGEROP, pour la guider dans toutes les phases de l'élaboration du Plan de Mobilité.

Phase 1 : DIAGNOSTIC

Des études et des comptages ont été opérés sur le territoire de la commune afin de mieux appréhender les habitudes de circulation des Montrougien(ne)s. Des échanges ont également été réalisés par INGEROP avec les partenaires de mobilité de la Ville :

  • Ile-de-France Mobilité
  • L’EPT Vallée Sud Grand Paris
  • Le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine
  • L’association Mieux se Déplacer à Bicyclette
  • L’association Défi Accesso
  • Le transporteur La RATP (NB : la RATP est l’un des opérateurs de la politique de déplacement conçue par Ile de France Mobilité)
  • Les communes limitrophes (Ville de Paris, Malakoff, Bagneux, Gentilly, Arcueil et Châtillon)

Phase 2 : SOLUTIONS

  • Des échanges en comités de quartier : le cabinet INGEROP ainsi que Paul-André Mouly, Maire-adjoint aux Mobilités, à la Voirie, au Stationnement et au Partage de l’espace public, ont rencontré chaque comité de quartier pour présenter la démarche et recueillir les avis, attentes et besoins des quartiers.
  • Une consultation auprès de l'ensemble des habitants
  • Des échanges à poursuivre avec les partenaires pour présenter les solutions : Conseil Départemental, Ile-de-France Mobilités, La RATP

Phase 3 : PRÉSENTATION DU PDM

  • Une réunion publique permettra à la Ville de présenter le PDM finalisé à l'ensemble des Montrougien(ne)s

Quels sont les objectifs du PDM fixés par la Ville de Montrouge ?

Assurer un meilleur partage de la voirie et rationaliser le trafic de transit

  • Limiter les nuisances induites par les déplacements et particulièrement par le trafic de transit
  • Apaiser la circulation au sein des quartiers
  • Améliorer les conditions de livraison (des marchandises et des colis)
  • Permettre de nouveaux usages de l’espace public (végétalisation, aménagement cyclable...)
  • Améliorer le cadre de vie et sécuriser les déplacements

Développer les aménagements en faveur des modes actifs

  • Proposer de nouveaux itinéraires cyclables sur la commune et vers les territoires limitrophes
  • Poursuivre le déploiement de l’offre de stationnement vélo (y-compris sécurisée)
  • Affermir la place de la marche à pied dans les déplacements locaux

Prendre en compte les nouvelles mobilités et les projets de transport

  • Faciliter l’accès aux futures stations/gares
  • Encadrer l’usage des trottinettes électriques et autres engins de déplacement personnels motorisés
  • Poursuivre les actions en faveur de la mobilité électrique

Conditions de circulation - Les modifications actées à l'échelle de la Ville

> Les constats

Les comptages et études opérés par le prestataire de la Ville révèlent que :

  • les flux de transit sur la ville se concentrent majoritairement sur les axes Nord-Sud, en lien avec les accès à Paris
  • le flux de transit est-ouest est limité
  • l'axe communal dont le flux de transit est le plus élevé est sur l'avenue de la République, dans le sens nord-sud
  • ces flux ont principalement pour origines et destination Bagneux et Paris (14e et 15e)
  • les axes en double-sens de circulation sont parfois utilisés par les véhicules en transit, notamment pour éviter les axes départementaux, souvent encombrés
  • les axes locaux en double-sens de circulation ne permettent pas toujours aux véhicules de se croiser, faute d’une largeur suffisante

> La solution retenue

  • La mise en sens unique et le passage à une voie de l'avenue de la République sur toute sa longueur dans le sens Sud vers Nord afin d'apaiser la circulation sur cet axe commerçant tout en facilitant les déplacements des modes actifs (vélos, piétons...)

Les aménagements cyclables

> Les constats

La Ville de Montrouge compte actuellement deux types d'aménagements cyclables :

  • Des aménagements protégés, séparés des autres flux (Sud de la rue M. Arnoux, Est du bd M. Dormoy, Av. de la Marne, Nord de l'av. de la République, Nord de l'av. Jean Jaurès)
  • Des aménagements partagés, sur la voirie ou le trottoir sans séparateurs (exemples des voies de bus, des bandes cyclables suggérées...).

4km de voies provisoires (coronapistes) ont été aménagées en 2020 sur la RD906, la RD920 et une partie de la rue Maurice Arnoux.

> Les évolutions prévues

Le Département des Hauts-de-Seine prévoit de nouveaux aménagements sur les voies :

  • Av. Aristide Briand (D920)
  • Av. Marx Dormoy (D62) de l'avenue Henri Ginoux vers l'Ouest jusqu'à l'avenue Pierre Brossolette

La Ville souhaite mettre en place des aménagements cyclables différentiés selon le niveau hiérarchique des voies :

  • sécurisés/en sites propres sur les axes principaux communaux (dont l'avenue de la République)
  • en site partagé sur les rues secondaires dédiées au trafic local

Par ailleurs, la loi interdit désormais le stationnement automobile 5 mètres en amont des passages piétons. La Ville a donc pris la décision de déployer du stationnement vélo en amont des passages piétons.

Voir l'image en grand

Limitation de la vitesse de circulation

> Les constats

La limitation de la vitesse à 30km/h est une solution envisageable pour sécuriser les déplacements, pacifier la voirie, permettre une meilleure cohabitation entre les usages et limiter le trafic de transit.

Si cette solution peut être adoptée à l'échelle des voies communales, les axes départementaux sont le plus souvent exclus de cette limitation de vitesse pour présenter des axes à vocation circulatoire.

Enfin, il est à noter que la limitation à 30km/h, les communes sont dans l'obligation de mettre en place des contre-sens cyclables en parallèle - à moins de signer un arrêter pour s'y opposer.

> Les évolutions prévues

La Ville souhaite limiter la vitesse à 30km/h dans tous les axes secondaires afin de pacifier la voirie et améliorer la circulation des cyclistes.

Voir l'image en grand

Valorisation des espaces publics

La mise en sens unique de certaines voies a pour objectifs d'apaiser la circulation et de restituer de l'espace public aux mobilités actives (vélos et piétons) ainsi qu'à la végétation. Voici un exemple des évolutions possibles

Voir l'image en grand